"Fal Askan Wi", un nouveau Mouvement Citoyen de Talla SYLLA pour "Restituer la République aux Citoyens"

Le maire de Thiès, Talla Sylla, mise sur un nouveau mouvement citoyen pour « restituer la République aux citoyens » et « remettre la citoyenneté au cœur de la République ».

Selon Talla Sylla, « il faut restituer la République au citoyen, faire de sorte que le mandant soit exclusivement le citoyen, et non le parti ou les coalitions d’intérêts », d’où la nécessité de « clarifier le rapport mandant et mandataire, afin que la délégation ne se traduise plus par une perte de pouvoir ».

L’idéal démocratique ’’attend du mandataire qu’il soit l’incarnation du mandant’’, a déclaré l’édile de la capitale du rail, dimanche, au cours de la cérémonie de lancement de son mouvement dénommé ’’Fal Askan Wi’’.

« Fal Askan Wi’’ a été lancé au cours d’une cérémonie officielle, à laquelle prenaient part des responsables religieux musulmans et chrétiens de Thiès, des notables et de membres de la société civile.

Conformément aux principes de la démocratie représentative, système en vigueur au Sénégal, « le citoyen sénégalais se fait représenter pour exercer ses droits traduits en pouvoir, c’est-à-dire en mandats dits exécutifs, législatifs ou judiciaires », a avancé Talla Sylla.

« Ces mandats ont des missions d’être au service exclusif du citoyen et notre idéal démocratique attend du mandataire qu’il soit l’incarnation du mandant », a-t-il ajouté.

Or, aujourd’hui, « notre pratique démocratique fabrique plutôt un mandataire qui est l’incarnation du pouvoir qu’il détient, plus qu’il ne le tient du citoyen », a soutenu l’édile de la capitale du rail, selon lequel « les travers de la démocratie représentative ont fait que les choses de la République ne sont pas faites pour et par le citoyen ».

Si l’on en croit son promoteur, ce mouvement « n’est ni un parti politique, ni une coalition de partis, mais appartient au peuple sénégalais ».

Aussi le mouvement ’’Fal Askan Wi » ambitionne-t-il « de restituer la République aux citoyens et de remettre la citoyenneté au cœur de la République ».

La première adjointe au maire de Thiès, Maïmouna Dieng, par ailleurs responsable national des femmes du mouvement « Fal Askan Wi’’, a réitéré son engagement auprès de Talla Sylla, afin que les citoyens soient « les seuls bénéficiaires des retombées économiques issues des collectivités locales ».

Elle a invité « les femmes de développement dans le combat, pour restituer au peuple ce qui appartient au peuple, afin que le bien-être des populations soit le souci permanent des élus, qui doivent leur mandat au peuple souverain ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.