Tamba – Attaque à Main Armée de la poste de Makacolibantan : les Gendarmes repoussent les Malfrats – SN

La commune de Makacolibantan, située dans le département de Tambacounda, a été le théâtre de violents affrontements entre force de sécurité et bandits encagoulés et armés jusqu’aux dents, venus dévaliser le bureau de la poste de la localité. Plusieurs échanges de tirs nourris ont été enregistrés de part et d’autre, informe le secrétaire municipal de la commune de Makacolibantan, même si aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée.

 

Dans la nuit du dimanche au lundi, des bandits encagoulés et bien armés ont fait irruption dans la commune de Maka­coli­bantan. Des fusils très sophistiqués à la main, leur intention était de dévaliser le bureau de la poste de la localité en cette période de fin du mois, après avoir réussi à dérober à Koussanar un véhicule de la Sodefitex. Cepe­ndant, c’était sans compter avec la gendarmerie qui leur a imposé un bras de fer. Selon le secrétaire municipal de la commune de Makacolibantan, le sieur Mama­dou Bâ que nous avons interrogé, ce sont des bandits qui ont d’abord volé un véhicule de la Sodefitex qui ont poursuivi leur chemin jusqu’à Makacolibantan pour dévaliser le bureau de la poste. C’est aux environs de 2h du matin, précise-t-il, que la bande de malfaiteurs a fait irruption dans la commune, armée de fusils de tous genres. Le secretaire municipal ajoute que les malfaiteurs ont même réussi à défoncer la porte du bureau de la poste et accéder au coffre-fort pour l’emporter, en vain. Ils ont aussi tenté sans succès de le défoncer pour emporter le butin.
La gendarmerie, saisie, a tout de suite rallié les lieux. Cepen­dant, «en nombre réduit et en manque de moyens logistiques, les pandores ont seulement pu échanger des tirs avec les malfaiteurs qui, eux, étaient mieux armés et mieux équipés même», dira notre interlocuteur. «Pen­dant plusieurs minutes, ils ont échangé des tirs nourris avant que la bande ne réussisse à prendre la poudre d’escampette sans qu’aucun membre du groupe ne soit appréhendé. C’est vers la frontière avec la Gambie qu’ils (les malfrats) se sont dirigés avec leur véhicule volé», indique le secrétaire municipal très remonté contre la situation que vit la gendarmerie avec son nombre réduit d’éléments et son manque de moyens logistiques.

«Comment comprendre qu’un poste de gendarmerie frontalier ne puisse même pas être doté d’un bon véhicule ? Comment admettre que moins de 5 gendarmes veuillent assurer la sécurité de plusieurs milliers d’âmes dans la commune, frontalière avec un autre pays sans moyens logistiques, sans armement, entre autres nécessités ?» Autant de questions qui frustrent le collaborateur de Khou­raïchi Thiam. C’est pourquoi le secrétaire municipal de Maka­coli­bantan dit en appeler à une réaction urgente de l’Etat pour que le poste soit non seulement érigé en brigade, mais doté de moyens logistiques et hu­mains suffisants. Sinon, avertit-il, «des conséquences incommensurables pourraient être notées un jour du fait de la porosité des frontières». Néanmoins, il dit tirer son chapeau à la gendarmerie.

«Les éléments des Eaux et forêts vivent aussi le même drame dans la commune», dénonce Mamadou Bâ. «Un seul agent y est affecté pour contrôler plusieurs milliers d’hectares de forêt. Et pis, s’offusque-t-il, sans même un véhicule à sa disposition». «Il n’a qu’une moto pour sillonner la brousse pendant que les Gambiens, eux, disposent de tout un arsenal pour ôter la forêt de ses arbres. Ahurissant !», fulmine-t-il. En attendant, le véhicule de la Sodefitex et la bande restent introuvables.

 

 

(avec Lequotidien)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.