SENEGAL-NEWS.NET, Actualite senegalaise de la Presse en ligne

Didier Awadi et Duggy Tee ont élevé leur voix pour dénoncer la situation difficile que traverse le pays. Dans une chanson intitulée «Deuk bi dou dem (le pays va mal)», le Positive Black Soul (PBS) a dénoncé le manque d’eau, les coupures d’électricité, entre autres failles du régime de Macky Sall.

Macky Sall fait face à une clameur publique qui va crescendo. Trois ans après son accession à la Magistrature suprême, l’étau se resserre autour de lui. A la suite du groupe de Rap «Keurgui» avec «Djogou fi (le statu quo)» où il a violement critiqué la gestion de Macky Sall, le Positive Black Soul (PBS) sort du bois. Dans une chanson intitulée «Deuk bi dou dem (le pays va mal)», Didier Awadi et son frangin Duggy Tee dénoncent la situation difficile du pays. «Tant qu’on s’amusera avec ce pays, il n’avancera pas. Tant qu’on ne se mettra pas au travail, il n’avancera pas», avertit Duggy Tee dans le refrain. Quand il a pris la parole, Didier Awadi a mis le doigt dans la plaie. «Il n’y a plus de travail, qu’on se dise la vérité. Il n’y a pas encore d’émergence. Il n’y a pas encore de rupture, qu’on se dise la vérité. Les mauvaises pratiques ne sont pas encore bannies. Ce que nous avons toujours déploré persiste : le vol, le détournement, la corruption. Ça continue», dénonce le rappeur avec véhémence. Et Duggy Tee de renchérir : «Les pêcheurs, les éleveurs… tout le monde souffre. L’eau et l’électricité coupent. La vie devient de plus en plus difficile. Ils (dirigeants : Nldr) n’ont pas tenu leurs promesses.» Malgré cette situation, les rappeurs semblent constater le mutisme des porteurs de voix. Et Duggy Tee de s’interroger : «Qu’est-ce qui nous empêche de réagir ? Pourquoi les gens sont restés les bras croisés ?» Face à une telle situation, le mythique groupe du hip-hop sénégalais refuse de porter la lourde responsabilité de s’abstenir devant la souffrance des populations. «Je ne vais pas laisser faire ce qui se passe. Je ne vais pas laisser la situation pourrir et qu’on soit la risée des autres pour en parler ensuite. Pourquoi on doit être la risée du monde ?» S’interroge, à son tour, Didier Awadi. La capitale souffre, depuis quelque temps, des coupures d’électricité et du manque d’eau.

(Lobs)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.