SENEGAL-NEWS.NET, Actualite senegalaise de la Presse en ligne

Le maire de la commune de Ngoundiane a profité de la visite du ministre de l’Industrie et des Mines à la carrière de basalte du village de Diack pour exposer ses doléances qui ont pour noms : non paiement de patentes, effets néfastes sur l’environnement et la santé des populations, etc.

Au cours d’une visite du ministre de l’Industrie et des Mines, Mbaye Dione, le maire de la commune de Ngoundiane,  a déploré un manque à gagner financier élevé de sa collectivité à cause de l’absence d’acquittement des patentes par les entreprises qui exploitent le basalte de la carrière du village de Diack. Le basalte  de Diack est très prisée dans la construction d’infrastructures routières et de bâtiments et travaux publics. Toutefois, le maire de Ngoundiane a précisé, devant le ministre Aly Ngouille Ndiaye et sa délégation, que des efforts ont été consentis, ces dernières années, dans le paiement de ces patentes. Ainsi, les montants reçus à ce titre sont passés de 38 millions de FCfa en 2008 à 300 millions de FCfa actuellement pour l’ensemble des entreprises exploitantes dans la zone pour un chiffre d’affaires annuel de plus 10 milliards de FCfa. « Ce qui, pour nous, semble très minime et mérite que beaucoup de choses soient redressées dans ce sens de même que pour ce qui concerne le fonds de péréquation dont la contrepartie est versée à Dakar par les entreprises », a souhaité Mbaye Dione. Le ministre Aly Ngouille Ndiaye a assuré que le nouveau Code minier prendra en charge les préoccupations du maire. Surtout pour ce qui est des fonds de péréquation qui sont généralement distribués à l’ensemble des collectivités locales mais avec un quote-part appréciable pour les localités polarisantes, a expliqué le ministre. Il a promis d’étudier la requête du conseil départemental de Thiès intéressé aussi par ces fonds, compte tenu du fait que ce  niveau de collectivité locale ne bénéficie d’aucune retombée financière à part les fonds de dotation.  Mais, en attendant, le ministre des Mines et de l’Industrie a apprécié positievement le niveau d’exploitation des carrières de basalte sur la colline de Diack où s’activent une quinzaine d’entreprises attribuées, selon le chef du service des mines et industries, Mme Rosaline Carlos Mbaye.

Maîtriser le volume de basalte extrait
Des unités qui, à première vue, tournent à plein régime dans l’extraction du basalte sans que la quantité ne soit contrôlée. Ce qui a conduit le maire Mbaye Dione à faire la proposition d’une unité de pesage à Ngoundiane afin de permettre non seulement l’identification des entreprises à travers leurs camions mais aussi et surtout de maîtriser le volume de basalte extrait de ces carrières quotidiennement, mensuellement et annuellement. Il y a aussi le non respect des promesses des exploitants quant aux normes et conditions d’extraction des ressources, mais aussi des conditions de travail des agents de certaines entreprises qui restent plusieurs mois sans salaires. 
Le maire a aussi évoqué les problèmes environnementaux qui ont comme conséquence les maladies comme la tuberculose et les diarrhées. A Diack, il y a des endroits où l’eau consommée est de mauvaise qualité, occasionnant souvent des maladies comme la tuberculose et les diarrhées. « Pour la poussière, on est obligé de se protéger avec des cache-nez qui ne sont pas du tout efficace dans ces carrières. Une véritable poudrière avec ses conséquences sur la sécurité et la santé des agents et des populations des villages environnants qui subissent tous les effets de la poussière. C’est le cas du village de Ngalène, de la commune de Tassette, où les habitants ne savent plus où donner de la tête. Ils sont toujours couverts de la poussière qui envahi tous les produits consommés  par les ménages », a laissé entendre la maire de Ngoundiane, Mbaye Dione.

El Hadji Mohamadou SAGNE (Lesoleil)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.