Présidentielle américaine: Clinton revendique la victoire chez les démocrates

Mardi 7 juin 2016 aux Etats-Unis, tous les regards étaient tournés vers le camp des démocrates. Si Bernie Sanders a déclaré qu’il maintenait sa candidature, Hillary Clinton a annoncé sa victoire à la primaire de son camp, après ses succès dans le New Jersey et au Nouveau-Mexique lors d’un ultime « Super Tuesday ». Elle a également remporté la Californie haut la main. Pour la première fois, une femme sera donc candidate à la présidentielle américaine pour l’un des deux grands partis du pays. Un fait historique.
Hillary Clinton l’emporte amplement dans le New Jersey. Elle raflerait également le Nouveau-Mexique. Surtout, contre les prédictions, elle enregistre une très nette victoire en Californie, où Bernie Sanders est battu. Quoi qu’il arrive désormais, en comptant les « super délégués », l’ex-secrétaire d’Etat a suffisamment de voix pour être investie candidate démocrate à la présidentielle, en juillet prochain lors de la Convention de Philadelphie.

Alors que Barack Obama l’a appelée pour la féliciter, l’ex-First Lady a fêté sa victoire mardi soir en famille, dans son quartier général de Brooklyn, où de très nombreux supporters sont venus écouter son discours. Huit ans jour pour jour après sa défaite dans la course à la Maison Blanche face au futur président Obama, Mme Clinton a déclaré : « Grâce à vous, nous avons franchi une étape historique. Pour la première fois dans l’histoire de notre nation, une femme recevra l’investiture d’un des grands partis ! »

Discours de victoire d’Hillary Clinton à Brooklyn, mardi 7 juin dans le cadre de la primaire démocrate
« La victoire de ce soir n’est pas la victoire d’une personne. Elle appartient à des générations de femmes et d’hommes qui se sont battus et se sont sacrifiés, et qui ont rendu ce moment possible. La victoire de ce soir vous appartient à vous tous ».

Combien de temps Bernie Sanders tiendra-t-il ?

C’est en effet historique, et c’est une revanche d’autant plus éclatante pour l’épouse de l’ex-président Bill Clinton, qu’elle gagne avec une marge plus importante que ne l’avait fait Barack Obama face à elle en 2008. Contrairement à sa campagne précédente, Mme Clinton s’est présentée cette année comme une femme militante, une mère, une grand-mère plaçant les sujets féministes au cœur de ses discours. Et pourtant, partie ultra favorite, elle a finalement dû mener un véritable parcours du combattant.

Son discours de victoire fut d’ailleurs élégant envers son adversaire Bernie Sanders, dont elle a salué l’excellente campagne. Hillary Clinton a désormais besoin des électeurs de M. Sanders. Seul le sénateur du Vermont, qui a annoncé qu’il maintenait sa candidature, pourra convaincre les plus réticents de voter pour elle en novembre. Bernis Sanders a déclaré qu’il rentrait dans son Etat d’élection, sans doute pour réfléchir après ces mois épuisants. Entre-temps, le président Obama va le recevoir jeudi. En 2008, Hillary Clinton avait mis quatre jours à jeter l’éponge.

Discours de victoire d’Hillary Clinton à Brooklyn, mardi 7 juin dans le cadre de la primaire démocrate
« Je veux féliciter le sénateur Sanders pour sa campagne extraordinaire. Il a passé sa longue carrière dans le service public, à se battre pour des causes et des principes progressistes. Et il a enthousiasmé des millions d’électeurs, surtout des jeunes ».

Comment les démocrates vont-ils gérer la transition ?

Bernie Sanders doit trouver une sortie élégante. D’abord pour lui, car à 74 ans, ses ambitions présidentielles sont désormais terminées. Une sortie élégante aussi pour ses supporters, qui doivent maintenant se tourner vers Hillary Clinton après l’avoir tant critiquée. Les états-majors vont devoir trouver des compromis, afin d’intégrer le programme du sénateur « socialiste démocratique » lors de la Convention. Les jours qui viennent seront déterminants. D’autant qu’on attend, dans les prochains jours également, l’entrée en campagne de la famille Obama.

Mardi soir, Hillary Clinton s’est montrée offensive, centrant ses attaques sur le candidat républicain, Donald Trump. Elle a dénoncé un programme qui divise l’Amérique. Mais la partie est loin d’être gagnée, et la seconde phase de la campagne menace d’être violente. D’autant que les sondages montrent que la candidate démocrate n’est pas aimée des Américains. Son capital sympathie est faible, même si sa compétence est reconnue. Bernie Sanders est sans doute pour quelque chose dans ce handicap que va devoir surmonter l’ancienne secrétaire d’Etat.

Primaire démocrate : un jour de vote en Californie
A la veille des scrutins du 7 juin, qui ont notamment vu Hillary Clinton rafler la Californie avec plus de 20 points d’avance, cette dernière était déjà assurée d’obtenir le nombre de délégués nécessaires pour être désignée candidate des démocrates à la présidentielle. Autant dire que l’enjeu était faible. Notre correspondante à Los Angeles, Tessa Grauman, est cependant allée sonder quelques électeurs dans les bureaux de vote de la ville.
(avec rfi)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.