Pour empêcher le licenciement de Mamadou Goudiably à Dakar Dem Dikk – Les syndicalistes font bloc

La Direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD) a adressé à l’inspection du travail une demande de licenciement contre Mamadou Goudiaby. Ce, après que l’accusation portée contre le syndicaliste d’avoir commis « une faute lourde » en photocopiant et divulguant un rapport destiné au Conseil d’administration à des personnes étrangères à la société de transport, ce qui est en totale violation des textes de l’entreprise, notamment à son article 17.

En attendant son face-à-face avec l’inspecteur général du travail, prévu, ce mardi 08 décembre 2015 à partir de 15heures, Mamadou Goudiaby a tenu, ce lundi à Grand-Yoff une conférence de presse pour informer l’opinion sur ce qui est réellement à l’origine de sa convocation au niveau de cette inspection. Au cours de cette rencontre, M. Goudiaby était entouré par des représentants et secrétaires généraux des syndicats dont Sidya Ndiaye, le Secrétaire général de la Fédération Générale des Travailleurs du Sénégal (FGTS).
Ce dernier qui a porté la parole de M. Goudiaby d’emblée parle d’un complot. « Ce n’est pas à nous ni à ceux qui vous ont dit qu’il a fait une faute grave. Les fautes sont qualifiées là où on doit les qualifier. Mais pas à nous ni à eux de juger ce qu’ils appellent faute grave. Donc vous voyez déjà une y a une manœuvre frauduleuse de vouloir incriminé Mamadou Goudiaby par ses prises de positions et courage de défendre l’outil de travail », a-t-il dit.
La Direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD) invoque l’article 17 de son règlement intérieur qui interdit la communication d’un document sans autorisation. « Ils ont invoqué l’article 17 du règlement intérieur de l’entreprise. Nous aussi avons invoqué l’article 5 du code du travail. Qui définit la manière de communiquer au sein de l’entreprise, le respect des opinions dans l’entreprise. Je crois qu’aujourd’hui, ce qui se passe est une tentative d’intimidation ».
Alors que Mamadou Goudiaby étant un responsable syndical, à l’en croire, « a le droit d’informer les membres de son syndicat de ce qui se passe dans l’entreprise. Et étant des responsables syndicaux, nous ne pouvons pas rester indifférents face à cette situation que Mamadou Goudiaby est en train de subir ».
Avant de regretter la tournure rapide qu’a prise cette affaire. « Nous sommes surpris qu’il soit immédiatement convoqué au niveau de l’inspection générale du travail », ce mardi 08 décembre 2015 à partir de 15 heures. « Nous avons l’impression qu’il y a un plan de liquidation de M. Goudiaby qui est en préparation. C’est la raison pour laquelle, nous apprécions la chose à sa juste valeur, nous mettons en garde contre toute forfaiture. Nous sommes des Républicaine. Donc, nous sommes pour le respect de la loi », a-t-il ajouté dans ses propos.
Déterminé à mener le combat auprès de Mamadou Goudiaby, dira-t-il : « nous n’accepterons pas qu’on utilise la loi pour régler des comptes qui n’ont rien à voir avec le travail. C’est pour cette raison que nous
sommes-là pour soutenir M. Goudiaby. D’ailleurs, demain, nous allons nous mobiliser pour accompagner Goudiaby à l’inspection du travail.
C’est pour apprécier la conduite à tenir » par rapport au sort qui sera réservé à Mamadou Goudiaby
Dans le pays, « on parle de gestion vertueuse et Goudiaby évoque cette gestion dans l’entreprise, on veuille le couper la tête.
Dans quel pays sommes-nous ? De quel péché Goudiaby est-il coupable pour être licencié de Dakar Dem Dikk ? Il demande même à ce que l’entreprise soit appuyée. Qu’on défende l’outil de travail. Je pense qu’il n’y a pas meilleur avocat que Goudiaby. Maintenant, s’il y a d’autres considérations derrières, nous apprécierons », a-t-il rappelé en défendant le syndicaliste.
Pour éviter le licenciement de M. Goudiaby de DDD, il invite toutes les autorités à jouer leur partition. « Nous interpellons les autorités, le ministre du Travail, le Premier ministre et le président de la République pour que véritablement force reste à la loi dans notre pays. Nous sommes dans un pays de paix, nous voulons que dans le cadre du dialogue social que tous le monde se mette à contribution pour que redresser cette entreprise qui est malade », a-t-il soutenu.

Tapa TOUNKARA
(lobs)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.