Le Secteur Privé National pour une Spécialisation de la Part Réservée aux Sociétés Nationales dans les Projets Publics

Des représentants du privé national ont appelé, mardi à Dakar, les pouvoirs publics sénégalais à une redéfinition des critères déterminant le statut juridique des sociétés de droit sénégalais, en vue de mieux spécifier la part réservée aux sociétés nationales dans les projets de développements.

« Le secteur privé national n’a pas la même compréhension de la nationalité’’ comparée à celle de l’Etat, a par exemple avancé le président du Conseil national du patronat (CNP), Baïdy Agne.

« Pour nous, la société n’est nationale que si elle détient les 51% de l’actionnariat » d’une entreprise, a-t-il dit au cours d’une séance de travail entre les services du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan et le secteur privé national.

Cette rencontre présidée par le ministre Amadou Ba, a vu la participation du ministre en charge du Suivi du PSE Abdoul Aziz Tall, du ministre délégué chargé du Budget Birima Mangara.

Des représentants d’organisations patronales et des opérateurs économiques étaient également de cette rencontre, dont Mansour Cama, Baïdy Agne, Idy Thiam, Mbagnick Diop, Serigne Mboup et Cheikh Amar.

Au cours de cette séance de travail et d’échanges, les services du département de l’Economie et des Finances ont présenté au privé sénégalais la stratégie économique du Sénégal, les orientations économiques du PSE et les perspectives budgétaires de 2016.

« Il faut que l’on s’accorde sur les termes de définition, parce qu’on dit souvent que le secteur privé national est impliqué mais en réalité, il s’agit tout simplement d’entreprises de droit commun sénégalais dont l’actionnariat est détenu par des étrangers », a insisté Baïdy Agne.

« Beaucoup d’entreprises viennent au Sénégal -c’est le cas notamment des chinoises- pour des projets de construction de stades ou autres infrastructures majeures. Après elles vont s’installer définitivement, profitant du flou des textes et certaines directives communautaires au détriment du privé national », a de son côté fait valoir le président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES), Mansour Cama.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.