Lancement en Mars de "CEYTU", Collection Littéraire en Wolof

‘’Céytu’’, une collection littéraire en wolof créée par les éditions Zulma (France) et Mémoire d’encrier (Québec) sera lancée le 3 mars prochain par la parution de ses trois premiers titres, contribution au trentième anniversaire de la disparition de l’historien et homme politique sénégalais Cheikh Anta Diop (1923-1986), a annoncé à l’APS son directeur, l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop.

Ce projet tripartite – France, Québec, Sénégal – a pour objectif de publier ‘’des incontournables de la littérature francophone en wolof’’, indique une note de présentation des éditeurs. Celle-ci précise que les trois premiers titres traduits sont ‘’Bataaxal bu gudde nii’’ (Une si longue lettre), de Mariama Bâ (par Mame Younousse Dieng et Arame Fal), ‘’Baay sama, doomu Afrig’’ (L’Africain), de JMG Le Clézio (par Daouda Ndiaye), ‘’Nawetu deret’’ (Une saison au Congo), d’Aimé Césaire (par Boubacar Boris Diop).

‘’S’il est une innovation qui ne risque pas de passer inaperçue dans les semaines à venir, c’est la création d’une collection littéraire en wolof, coéditée par un éditeur parisien, Zulma, et un éditeur québécois, Mémoire d’encrier. Dénommée « Céytu », elle va proposer dans la langue de Serigne Moussa Kâ des traductions de chefs-d’œuvre de la littérature universelle, y compris des livres de jeunesse’’, écrit Boubacar Boris Diop dans son texte de présentation intitulé ‘’Bépp làkk rafet na… ou les raisons d’être de Céytu’’.

Le romancier rappelle que lui et ses deux partenaires, Laure Leroy, directrice des éditions Zulma, et Rodney Saint-Éloi, directeur des éditions Mémoire d’encrier, travaillant sur ce concept ‘’depuis plusieurs mois’’, ont eu ‘’tout le temps’’ de se rendre compte que ‘’la perplexité qu’il suscite presque toujours au départ cède vite la place, fort heureusement, à une saine curiosité voire à un certain enthousiasme’’.

‘’Nous considérons quant à nous que faire se parler deux langues humaines est la chose la plus normale au monde. Et plus celles-ci semblent avoir vocation à s’ignorer, plus l’exercice est nécessaire et stimulant’’, souligne Diop, signalant que les trois premiers titres à paraître ‘’ne seront, en définitive, que les premières publications d’une longue série dans la mesure où Céytu n’entend se fixer aucune limite’’.

‘’Quel sens y aurait-il en effet à n’oser être audacieux qu’à moitié ?’’ se demande Boubacar Boris Diop avant de répondre : ‘’Ce qui symbolisera le mieux notre pari sur la durée, c’est l’accent qui sera mis sur la littérature de jeunesse. L’ouverture aux cultures du monde entier, principale raison d’être de Céytu, vise à expulser la langue wolof d’elle-même, à mettre ses locuteurs au contact d’autres univers et émotions.

Le label ‘’Céytu’’ résulte ‘’d’un travail d’équipe réparti sur trois continents et s’adresse à tous les locuteurs du wolof dans le monde, avec une politique de prix adaptée à chaque territoire’’, relève la note de présentation.

‘’Le nom choisi pour cette collection parlera d’entrée de jeu à nos lecteurs, Céytu étant le village du Baol où est né et où est inhumé Cheikh Anta Diop, savant, historien et homme politique sénégalais qui reste à ce jour l’une des figures africaines les plus influentes et respectées de tous les temps’’, explique Boubacar Boris Diop.

Il ajoute que Cheikh Anta Diop (1923-1986) est ‘’surtout celui qui a mené, sa vie durant, avec ardeur et avec une irrésistible force de conviction, le combat en faveur des langues africaines et cela dès 1954, date de parution de son premier ouvrage, Nations nègres et culture, salué par Aimé Césaire comme le livre « le plus audacieux qu’un Nègre ait jusqu’ici écrit et qui comptera à n’en pas douter dans le réveil de l’Afrique »’’.

Diop avait été désigné en 1966 par le Premier Festival mondial des Arts nègres comme ‘’l’intellectuel noir qui a exercé le plus fort impact sur le XXe siècle’’. Pour Boris Diop, le trentième anniversaire de sa disparition, qui sera célébré en février
2016, sera ‘’une nouvelle fois l’occasion de lui rendre l’hommage qu’il mérite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *