La LOI de Finances Rectificatives au menu des Quotidiens sénégalais – SN

Le vote de la première Loi de finances rectificative pour l’année 2016 est un des principaux sujets abordés par les quotidiens sénégalais de ce Jeudi 30 juin 2016.

Le Soleil rapporte que les députés ont voté mercredi la première loi de finances rectificative pour l’année 2016.

‘’Cette loi combine des ressources budgétaires nouvelles (175, 117 milliards de francs Cfa) et des réaménagements budgétaires (46, 086 milliards de francs Cfa), soit une enveloppe globale de 221, 203 milliards de francs Cfa de plus dans le budget 2016.

Pour Le Quotidien, le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, bat ‘’un nouveau record’’ en mobilisant plus de 221 milliards de francs Cfa. Dans cette LFR, le journal L’As note que l’agriculture et le pôle urbain de Diamniadio ont été ‘’privilégiés’’.

Le pôle urbain de Diamniadio se retrouve avec des dépenses d’investissement de l’ordre de 40 milliards, la campagne agricole, 43, 250 milliards, l’entreprenariat des jeunes, 10 milliards, etc., relève L’As qui souligne que le rappel dû aux enseignants, le recrutement des forces de défense et de sécurité et les programme du Plan Sénégal émergent (PSE) absorbent une partie des ressources de la LFR.

Enquête indique que l’Etat ‘’gâte les enseignants’’ avec la LFR 2016. Une enveloppe de 34, 412 milliards est destinée à la satisfaction des revendications des syndicats d’enseignants, souligne le journal.

Sud Quotidien indique que lors de cette séance parlementaire, le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, a ‘’blanchi’’ les députés au sujet du non reversement de leurs impôts. ‘’Les députés ne nous doivent pas des impôts. Le député subit une retenue à la source comme nous fonctionnaires (…)’’, a-t-il déclaré.

Sur le même sujet, L’As note que le vote de la LFR 2016 a servi de tribune aux députés pour répondre à l’inspecteur des impôts et leader d’un parti politique, Ousmane Sonko, qui avait soutenu que l’Assemblée nationale ne reversait pas les impôts des députés. ’’Le ministre Amadou Ba a lavé à grande eau les députés en soutenant qu’ils ne devaient rien à l’Etat’’, écrit L’As.
Abordant le vote de la LFR, Libération titre : ‘’Les vérités de Amadou Ba’’. Morceaux choisis : ‘’L’Assemblée nationale ne doit rien aux impôts, ce débat politicien n’a aucun sens ; 3264 milliards de francs Cfa ont été reçus depuis la réunion du Groupe consultatif (…)’’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.