GUINÉE ÉQUATORIALE sur les RAILS de l'ÉMERGENCE – SN

Après sa brillante réélection à la tête de la république de la Guinée Équatoriale avec un score de plus de 93 pour cent des suffrages exprimées, le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a mis en place une nouvelle équipe gouvernementale. Hormis la promotion du vice- président Teodorin Obiang de Mangue charge de la Défense et de la Sécurité et dont le succès du travail entrepris dans ce domaine est reconnu, le nouveau premier ministre charge de la Coordination administrative est Francisco Pascual Obama. Un attelage gouvernemental, pour relever les défis du moment, au profit du peuple.

Dans un processus d’établissement de la démocratie et de L’État de droit et de la bonne gestion des deniers publics, engage depuis quelques années, de nouvelles nominations ont été aussi effectuées au niveau d’institutions telles le Conseil économique et social et la Cour des comptes. Rappelons que dans cette architecture institutionnelle, la Guinée Équatoriale s’est dotée d’un Parlement comprenant une Assemblée nationale et un Sénat pluricomposite.

Lors de la prestation de serment des différents membres du gouvernement, le président Teodoro Obiang Nguema est revenu sur les grands défis à relever. Dans un contexte économique mondial difficile marque par les fluctuations du prix des hydrocarbures et notamment la baisse du prix de l’or noir, le chef de L’État equato- guinéen a appelé a une politique économique de vérité, a une gestion saine des affaires du pays, au profit des populations. Il a aussi invité à la préservation de la sécurité nationale, des biens et des personnes.

L’espoir est permis dans ce pays qui s’est fixe d’atteindre des objectifs de forte croissance économique d’ici l’horizon 2020. Quand l’on sait que la Guinée Équatoriale considérée en 1979 comme le pays le plus pauvre d’Afrique, est aujourd’hui dans le peloton de tête des pays émergents et qui détiennent l’un des PIB les plus élevés du continent.

Ce pays pétrolier et gazier de l’Afrique centrale qui compte à peine 1 million d’habitants est inscrit déjà sur les rails d’un développement économique et social harmonieux. La décentralisation est ici une réalité avec l’existence de pôles urbains tels Malabo, la capitale, nichée dans une vallée de collines a la végétation luxuriante, Bata, Mongomo et d’autres cites modernes. Des cites lumières dotées d’infrastructures immobilières, routières, aéroportuaires, navales, industrielles, commerciales, médicales, éducationnelles, haut de gamme. Des immeubles qui sortent de terre comme des champignons, des rues propres, assainies en permanence, peuplées d’écoliers a la tenue uniforme. Un peuple, une vision ainsi pour le développement, le slogan est brandi sous tous les toits. Avec l’éclairage et l’impulsion d’un président bien aime, leader au sens patriotique et panafricaniste élevé. Un modèle à suivre, assurément.
MLTHIOUNE – Envoyé spécial – SN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.