GUINÉE-BISSAU : l'ONU appelle à restaurer le Dialogue Politique – SN

Le représentant spécial du secrétaire général et chef du Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS), Modibo Touré, a appelé mardi les acteurs politiques bissau guinéens à restaurer le dialogue pour résoudre la crise actuelle.

M. Touré intervenait à l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Guinée-Bissau, selon le Centre d’actualités des Nations unies, qui donne l’information.

Cette réunion du Conseil se tient à un moment où le pays traverse une crise politique, suite au limogeage, le 12 mai dernier, du Premier ministre du pays, Carlos Correira, puis à la désignation, le 26 mai, de son successeur, Baciro Dja.

M. Touré, dont il s’agissait de la première présentation au Conseil depuis sa nomination, a relevé que ‘’la nomination du nouveau Premier ministre a créé une crise politique’’.

Il a expliqué que les membres du précédent cabinet refusent de quitter le palais du gouvernement ‘’au motif que les derniers décrets présidentiels sur la nomination du [nouveau] Premier ministre et de son gouvernement étaient contraires à la constitution’’.

Le représentant spécial a rappelé que M. Correira ‘’refuse de céder les rênes du pouvoir à M. Dja, car ce dernier n’appartient pas au Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et de Cabo Verde (PAIGC), lequel dispose d’une majorité absolue au parlement’’.

Carlos Correira fait en effet valoir que ‘’la constitution du pays exige que le chef du gouvernement soit issu du parti majoritaire’’.

‘’Cette impasse, la quatrième depuis les élections législatives de mai 2014, a failli conduire à une confrontation, dans la mesure où les forces de sécurité avaient encerclé le palais du gouvernement à l’issue d’un ultimatum de 48 heures émis par le Procureur général, le 3 juin’’, a indiqué M. Touré.

Certes, les violences ont ‘’au final été évitées’’, mais pour le représentant spécial, les procédures juridiques entamées par le PAIGC pour contester les récentes nominations effectuées par le Président ont ‘’ajouté à la confusion juridique et institutionnelle, ainsi qu’au climat tendu’’.

‘’Indépendamment des résultats judiciaires, dit-il, une solution durable à la crise politique en cours ne pourra être obtenue que par un véritable dialogue politique’’.

Il s’inquiète du fait que l’un des principaux forums pour qu’un tel dialogue ait lieu, l’Assemblée nationale populaire, a suspendu sa session en cours le 18 mai, à la suite de différends sur l’ordre du jour et le statut de 15 députés exclus par le PAIGC en janvier.

‘’Plus la crise se poursuit, plus il est probable que nous revenions sur les gains obtenus durant la période post-électorale, y compris une croissance économique positive, l’augmentation des revenus et l’adoption de réformes clés dans la défense et la sécurité, la justice et les services publics’’, a-t-il averti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.