Echos des assises de l’Union de la Presse Francophone (UPF)

Les Assises de l’Union de la presse francophone, ouvertes jeudi à Lomé, dans la capitale togolaise, ont été marquées par une forte représentation de délégations venues de 39 pays du monde francophone. En voici quelques échos.

Participation : « Du plus prés Togo au plus loin Vietnam », pour reprendre les termes du président de la section togolaise, Peter Sassou Togbé, correspondant de Radio France internationale à Lomé, plus de 300 participants prennent part à a rencontre qui prend fin samedi.

Sécurité : l’hôtel Sarakawa, situé en plein centre-ville de Lomé, prés du grand marché de la capitale togolaise, a pris les airs d’une forteresse, du fait de la présence d’un grand nombre d’éléments des forces de l’ordre, en grand nombre, pour sécuriser la grande bâtisse blanche.

Le temps des Assises de l’Union de la presse francophone, il faut montrer « patte blanche » pour accéder au hall de l’hôtel dont la grande salle accueille les travaux.
Le même dispositif est reconduit au rez-de-chaussée, où deux agents de sécurité – un homme et une femme – fouillent systématiquement, y compris les sacs, avec un appareil magnétique. Le port du badge est également obligatoire pour accéder à l’intérieur, sans compter l’utilisation de la carte magnétique est indispensable pour accéder aux étages à partir des ascenseurs.

UPF Sénégal : la section sénégalaise de l’Union de la presse francophone est représentée aux Assises par une délégation conduite par son président Abdou Gning, ancien directeur général de l’Agence de presse sénégalaise (APS). Abdoulaye Thiam, son secrétaire général, par ailleurs journaliste au quotidien Le Soleil et son trésorier Siky Dieng, administrateur du journal L’Espace participent également à cette rencontre, en même temps que deux autres membres de la section.

Où sont les femmes ? C’est l’interrogation soulevée à haute voix par une participante, dans la grande salle de l’hôtel Sarakawa, à l’ouverture des Assises de l’Union de la presse francophone, dont la 44e édition porte sur ‘’L’image et la place des femmes dans les médias’’. On comprend alors le souci de la dame, en voyant le présidium occupé par des hommes en costards et cravates. La messe est dite.

La Guinée candidate pour 2017 : les couloirs des Assises de l’UPF à Lomé ont ébruité la candidature de la Guinée pour abriter en 2017 la 46ème édition, après le choix du comité international de confier à Madagascar l’organisation de la prochaine édition, en novembre 2016 au Madagascar. Déjà, les membres de la section guinéenne ont démarré les ‘’tractations’’ pour faire passer cette candidature.

Consommer local : A la place des traditionnels cartables noirs ou autres tee-shirts remis lors des rencontres internationales, la section UPF du Togo a choisi de remettre aux participants à leur inscription, des sacs en tissu wax et des chemises avec le même tissu aux couleurs attrayantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.