Accord Sénégal-Usa : Les députés autorisent le débarquement des G.i’s – SN

Les militaires américains sont autorisés à avoir accès aux installations et zones convenues ainsi que leur utilisation au Sénégal. Le projet de loi portant sur cet accord a été voté hier à l’unanimité par les députés. Il faut noter que ce sujet n’a pas soulevé beaucoup de questions de la part des députés.

Les 9 projets de lois soumis aux députés hier en séance plénière sont passés comme lettre à la poste. Sauf celui autorisant le président de la République à ratifier l’accord entre la République du Sénégal et les Etats-Unis concernant la coopération en matière de défense qui a soulevé l’intérêt de 3 orateurs. Même pour que ce projet fasse l’objet de débat, il a fallu que le député Mansour Sy Djamil fasse la proposition d’ouvrir le débat, une façon pour lui de couper l’herbe sous les pieds des partisans de l’adoption des projets de loi sans débat. Ainsi, Mansour Sy Djamil a voulu avoir des garanties sur la souveraineté du Sénégal en signant un tel accord avec les Etats-Unis. A ce sujet, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a voulu rassurer les Sénégalais. Selon Mankeur Ndiaye, «ce n’est pas un accord qui va permettre l’implantation d’une base américaine au Sénégal». D’après lui, «c’est un accord stratégique extrêmement important, négocié en tenant compte de nos préoccupations sécuritaires et de notre intérêt national». «Il ne s’agit pas d’un accord secret. La preuve, c’est qu’il est soumis à l’Assemblée. Ce qui est dans l’accord a été posé sur la table du Parlement. Tous les parlementaires ont vu le texte et compris qu’il n’y avait rien de compromettant, il n’y a rien qui porte atteinte à l’intégrité nationale, à la souveraineté nationale du pays», a-t-il expliqué. De même, M. Ndiaye souligne qu’«il ne s’agit pas de voir des G.i‘s américains déambuler dans les rues de Dakar». «Il s’agit seulement d’accepter la présence américaine dans des conditions convenues, de définir le statut des forces américaines qui vont être pré-positionnées ici et les modalités de leurs interventions», a-t-il ajouté. Dans le rapport de l’inter-commission composée de la Commission des Affaires étrangères et de la Sécurité et de défense, l’on informe que le ministre a déclaré devant les membres de cet organe que «cet accord a fait l’objet de négociations serrées». Ainsi, Mankeur Ndiaye soutient que c’est «un accord stratégique, prospectif qui tient compte de la situation géostratégique faite de menaces actuelles et futures». Selon le ministre des Affaires étrangères, «les autorités militaires sénégalaises ont été au cœur des négociations». «Le Conseil national de sécurité a été saisi et le Conseil des ministres a étudié et adopté le projet», a-t-on rapporté.

Dans le même document, on renseigne que «l’objectif global de l’accord est de contribuer à la résolution des questions concernant la défense et la sécurité régionales sur la base de démarches communes, de rendre possible la présence des forces américaines au Sénégal à l’effet de mener des actions communes dans domaine de la défense et d’appuyer, au besoin, la sécurité du personnel et des installations du gouvernement des Etats-Unis dans la région». Cet accord permettra ainsi de «valoriser le partenariat en matière de sécurité». Il encadre aussi les conditions d’accès «aux installations et aux zones convenues et leur utilisation par les forces des Etats-Unis». «Au titre des activités pouvant être entreprises par les forces américaines au Sénégal, il convient de citer la formation, le transit, l’appui et les activités connexes, le ravitaillement d’aéronefs, l’atterrissage et la récupération d’aéronefs, le regroupement, le déploiement de forces et de matériels», a-t-on fait savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.